Une course pionnière du VTT

Voilà 30 ans que toutes les valeurs de la discipline du VTT se reflètent dans l’emblématique Transvésubienne. C’est en 1988 que cette liaison toujours aussi inimaginable pour le commun des mortels entre la Haute Vésubie et la Baie des Anges allait initier le développement en pratique et en technologies du VTT du XXIème siècle. Les 350 concurrents de l’époque ignoraient pour la plupart ce qui les attendait. Les pelotons étaient alors composés de néo-cyclistes routiers, de cyclocross-men, de fondeurs, de triathlètes en quête d’entraînement, et d’adeptes de la moto verte en repentir. Ils ne se doutaient pas que leur engagement entraînerait une telle mutation de cette nouvelle pratique cycliste.

 

Only the brave, surtout en 1988 !

Il faut dire que le matériel employé n’offrait aucune latitude en matière de pilotage, les freins étaient à patins, aucun vélo n’était suspendu, la résistance des matériaux notamment des axes de roues et des dérailleurs était aléatoire, et les quelques pédales dites automatiques n’étaient adaptées qu’au cyclisme sur route, et en aucun cas pour arpenter vélo sur le dos les sentiers acérés des vallées de Nice.

Objectif finisher

La ligne de crête tracée par la Transvésubienne entre ciel et terre toutes ces années durant aura forgé une légende autour du dépassement de soi et du noble privilège dont les « finishers » ont constamment été auréolés. S’aligner à cette course hors-normes, c’est choisir le camp des candidats à l’aventure personnelle et à la célébration des plus précieuses valeurs des sports de pleine nature.

C’est le week-end des 12 et 13 mai 2018 que celles et ceux qui l’auront décidé pour la première ou la énième fois, pourront se lancer sur les traces des pionniers du VTT entre la Colmiane et la Promenade des Anglais.

La Transvésubienne campe par son concept dans la modernité, ce que ne démentiront pas les adeptes de la nouvelle famille de cycles que sont les VTTAE, pour lesquels le concept « extrême longue distance » semble avoir été inventé. Autre création née de ce qu’inspire la Transvésubienne, sa sœur de l’Ouest du Département qui marque l’automne des riders : la Transv West entre les Préalpes de Grasse et Théoule-sur-Mer (30 septembre).

Les parcours

Pour marquer ce trentième anniversaire, le parcours reprendra presque dans son intégralité le tracé originel auquel quelques variantes sont ajoutées ne serait-ce que pour rééquilibrer la dimension oversize de la Trans.

Les favoris

La composition du plateau des favoris n’est pas encore finalisée, mais le multiple Champion du Monde en catégorie Marathon, le Suisse Christoph Sauser, aura vraiment à cœur de monter sur la plus haute marche après 3 participations au cours desquelles les vents du Mercantour n’avaient pas soufflé en sa faveur. La concurrence sera rude face au super-spécialiste français en la personne d‘Alexis Chenevier, déjà 5 fois vainqueur sur la Transvésubienne et le suisse Konny Looser, deux fois empêché d’une victoire légitime à cause de quelques secondes perdues sur le prologue de la veille.

A ce stade, organisateurs comme concurrents se préparent pour que cette édition trentenaire s’accompagne d’un aussi bel élan dans le futur.